MORT DE MATHIEU RIEBEL

Mathieu,

Comment ne pas se souvenir de toutes nos anecdotes en stage de cohésion ou même dans le camion pour aller en compétition.

À chaque fois on me disait que j’étais un copain pour les coureurs et non pas un directeur sportif. Alors je fessais semblant  de ne pas comprendre.

Impossible pour moi de ne pas devenir ce pote avec qui on pouvait tout dire et tout  partager.

mort de mathieu riebel, décès cycliste, accident de cycliste, décès cycliste accident, défense accident de cycliste

CHAQUE MOMENT COMPTE

Aujourd’hui je ne regrette en rien de tous nos fous rires et de tous nos délires.

Pendant ces deux ans lorsque que l’on partait en déplacement j’étais triste de quitter mes enfants mais aussi heureux de retrouver mes coureurs. C’est comme si j’avais deux familles et deux vies.

Aujourd’hui je suis triste car j’ai perdu un membre de ma famille mais surtout je le vie comme une injustice car tu étais trop jeune et tu avais faim de cette vie.

Souviens-toi de ta première coupe de France tu es sorti dans les derniers kilomètre et tu as failli gagner sans complexe devant des pointures.

Avec Bastian on était fou, d’ailleurs j’en ai mordu le volant de la voiture.

Ce jour-là tout le peloton avait compris qui tu étais et jusqu’où  tu irais.

Tu as vécu ta vie à fond et sans regret avec un accompagnent admirable de tes parents.

Mon petit  je voulais te remercier de m’avoir fait confiance et surtout de m’avoir fait vivre tous ces moments à tes côtes.

À notre première  rencontre j’ai vu  un champion car tu en étais un et tu es parti comme telle.